Handicap et carrière

Tous sujets relatifs à votre situation dans la fonction publique territoriale, sauf la formation dont on parle ici.
Règles du forum
Avant de poster, merci de vérifier :
  • que vous êtes bien dans le forum en rapport avec le sujet que vous allez exposer (voir description sous chaque forum) ;
  • si votre question n'a pas déjà été postée en utilisant la fonction recherche.
Répondre
TinkLiLy44
Messages : 1
Enregistré le : lun. 19 août 2019 11:49

Handicap et carrière

Message par TinkLiLy44 » lun. 19 août 2019 14:58

Bonjour à tous,
Désolée d’avance pour le roman mais situation compliquée...

Je suis dans le secrétariat de mairie (adjoint administratif 2ème classe) depuis 2010. Je travaille dans 2 mairies : une où je fais 23h/ semaine et où je suis titulaire depuis 2014 et l’autre, une toute petite mairie, où je fais 12h/ semaine et où je suis titulaire depuis 2011.
Je suis en arrêt de travail depuis octobre 2018. Comme j’arrive bientôt à la fin de mes droits en CMO, on m’a conseillé de faire une demande de CLM pour ne pas me retrouver coincée en fin de droits. C’est donc ce que j’ai fait et c’est passé en séance de comité médical le mois dernier. Je vois le médecin expert la semaine prochaine. Déjà c’est pas gagné qu’on m’accorde ce CLM car j’ai une maladie génétique « rare » (enfin... rare uniquement car maladie méconnue des médecins, car en réalité c’est loin d’être rare...). Enfin bon, du coup c’est un peu le bazar car visiblement, si le CLM est quand même accepté, cela va avoir un effet rétroactif et donc tout le temps passé en CMO va être repris dans le CLM... Donc les mairies vont devoir régulariser niveau salaire (vu qu’en CLM l’employeur paye l’agent à plein traitement la première année...) et moi je vais devoir redonner cet argent à ma mutuelle, qui me verse le maintien de salaire... Super pratique...
Bref, arrêtée donc depuis octobre 2018 mais diagnostiquée seulement au mois d’avril 2019, je me retrouve avec une pathologie handicapante et à l’évolution incertaine mais visiblement évolutive (pour le moment : douleurs aux membres supérieurs, problèmes de mémoire/concentration/attention, organes qui peuvent lâcher, pour synthétiser les symptômes au maximum - et qui plus est, handicap invisible donc je ne vous fais pas de dessin...).
De plus, avant d’être arrêtée l’an dernier, il y a eu aussi de gros soucis de harcèlement moral... Donc tout ça me fait appréhender ma future reprise, car je ne sais pas ce que cela va donner tant au niveau de mes capacités physiques qu’au niveau psychologique (et le stress amplifie en plus mes symptômes...). Le médecin du travail, que je consulte « officieusement » depuis les problèmes de harcèlement, me dit qu’il faudrait envisager une reconversion et profiter éventuellement d’un CLM pour faire une formation pour me reconvertir (il était fou quand il a vu que j’étais toujours en CMO avec cette pathologie). De l’autre côté, mon médecin traitant veut que je reprenne rapidement à mi-temps thérapeutique, ce qui embête d’ailleurs tout le monde dans les 2 mairies et on me le fait bien sentir... Je suis d’accord sur le principe de la reprise à mi-temps thérapeutique car il n’y a que comme ça que je verrai ce que je suis réellement capable de faire ou non et d’envisager l’avenir en fonction de ce que ça donnera. Mais ça m’angoisse aussi vu que visiblement ça embête tout le monde donc je vais être le parasite de service... Donc, quelque part, certes, c’est leur problème et pas le mien, mais disons que ça ne m’aide pas du tout....
J’ai également un dossier MDPH en cours d’instruction avec demande de RQTH, etc. Mais à part pour l’aménagement de poste, je ne vois pas ce que ça va m’amener au niveau du travail. Une protection (notamment niveau harcèlement) ? Surtout que par rapport à ma pathologie, vu que j’ai du mal à tenir un stylo pour écrire (je peux mais pas très longtemps), tamponner, tenir la souris d’ordinateur, etc etc), l’adaptation de poste va être très limitée... Et je ne parle pas des moqueries que je vais subir de la part de mes chers collègues (nous ne sommes que 4 dans le bureau).
Bref, même si c’est la mairie où il y a eu harcèlement, j’aurais aimé dans l’idéal arrêter l’autre toute petite mairie où je fais 12h/ semaine car j’ai de la route de montagne à faire et je suis seule pour assurer le secrétariat. Mais la MDPH m’a dit que comme j’étais dans la FPT, je n’aurais pas droit à un « complément de salaire » en tant que travailleur handicapé. Donc dans le privé ce serait possible mais pas dans la FPT ? Qu’en pensez-vous ?
Après, j’imagine qu’en n’en faisant plus que 23h/ semaine, je perdrai en plus le statut de fonctionnaire et reviendrai au régime général...
Alors je finis par me demander si au final le médecin du travail n’a pas raison en me disant de profiter du CLM, s’il est accepté, pour me reconvertir et donc soit quitter carrément la FPT, soit y rester, éventuellement, mais dans un autre poste que le secrétariat... Mais là encore, il me faut un poste où je puisse réussir à travailler, physiquement parlant...
Alors voilà, je ne suis pas là pour me plaindre mais j’ai vraiment juste besoin d’avis, de conseils et d’informations.
D’avance, merci de m’avoir lue. :)

Répondre